Paroles indiennes

Publié le par la freniere


Le gouvernement péruvien a promulgué des lois qui pourraient autoriser les industries extractives et les exploitations d'agriculture à grande échelle à détruire rapidement la forêt ombrophile de l'Amazonie.

Les populations autochtones manifestent pacifiquement depuis deux mois, exigeant de pouvoir donner leur avis légal sur des décrets qui entraîneront la destruction de l'écologie et des populations de l'Amazonie, et auront des conséquences catastrophiques pour le climat de la planète. Mais le week-end dernier, la réponse du président Garcia a été d'envoyer des forces spéciales pour réprimer les manifestations par la violence, et de qualifier les manifestants de terroristes.

Ces groupes autochtones sont aux premières lignes du combat mené pour protéger notre planète - Soutenons-les et appelons le président Alan Garcia (dont chacun sait qu'il est sensible à sa réputation internationale) à mettre immédiatement fin à la violence et à engager un dialogue.

Plus de 70% de l'Amazonie péruvienne est à la merci de qui veut s'en saisir. Les grandes compagnies de pétrole et de gaz comme la société anglo-française Perenco et les compagnies nord-américaines ConocoPhillips et Talisman Energy, se sont déjà engagées à faire des investissements de plusieurs milliards de dollars dans la région. Ces industries extractives n'ont pas pour habitude - leurs antécédents le prouvent - de profiter aux populations locales ni de préserver l'environnement dans les pays en développement. C'est pourquoi les groupes autochtones réclament les droits internationalement reconnus de tenir des consultations sur ces nouvelles lois.

Depuis des décennies, le monde et les populations autochtones voient les industries extractives ravager la forêt ombrophile qui abrite certains d'entre nous et constitue un trésor vital pour l'ensemble de l'humanité (certains spécialistes du climat appellent l'Amazonie le " poumon de la planète" - il respire les émissions de gaz carbonique responsable du réchauffement de la planète et produit de l'oxygène).

Les manifestations au Pérou sont les plus importantes à ce jour, et les plus désespérées.

 

 

Publié dans Glanures

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article