Nouveaux Délits no 33

Publié le par la freniere

 

Dites 33, dit le docteur. Et pourquoi donc ? Le fait de prononcer des "t" et des "r" renseigne sur l'état de notre gorge. La poésie a-t-elle parfois mal à la gorge ? Le poète certainement, à déclamer dans les déserts ou à tenter, pauvre fou, de couvrir le vacarme permanent du monde. Mais si la voix s'épuise, la poésie est son miel, un miel intarissable. La poésie survivra à l'homme. Elle était là bien avant lui. La poésie ne craint pas le silence. Parfois même elle le préfère.    CG
 
Au fond, la poésie est une sorte de magie opérative. Ce n'est pas une science, mais un art, un faire initiatique, un pouvoir d'autotransformation sans que l'on puisse en identifier la source. Le poète n'en est pas le maître ou le démiurge. Il n'est que l'instrument ou le porte-parole du silence qui le hante. Il est habité par ce qui le traverse et le dépasse. Le poète, disait Jean Carteret, est l'homme le plus troué du monde. Michel Camus (in Transpoétique. La main cachée entre poésie et science)
 

 

AU SOMMAIRE
 
 Délit de sauvegarde : Rita Mestokosho (Ekuanitshit, Québec), poétesse Innue, sa voix, son combat pour la protection du territoire et de la culture Innus.
 
Délit de poésie : Ile Eniger (Alpes Maritimes), Saint-John Kauss (Québec)
 
Délit récidiviste : Cathy Garcia (Lot) présente Trans(e)création, nouveau recueil à paraître aux ed. Dlc
 
Délit d'éducation : Jean-Marc Couvé (Seine Maritime), livre le Journal d'un stit. 
 
Délits d'(in)citations, tout petits cristaux scintillants dans l'obscurité.
En fin de revue, un bulletin de complicité ne demande qu'à s'envoler.
 
Illustrateur invité : Valéry Jamin (Lot) - valery.jamin@wanadoo.fr
Né le 4 avril 1970 « Plasticien sans matières plastiques, sculpteur sans statues et artiste sans formation -et sans statut-, j'aime travailler les matériaux naturels et vivants, terre, pierre, bois, et les mots des humains. Pour composer les illustrations de ce numéro 33, je me suis assis au bord de la Dordogne à côté de laquelle j'habite et j'ai utilisé des galets, coquillages et végétaux se trouvant à portée de ma main. »

 
 Pour nous qui vivons de plus en plus entourés de masques et de schémas intellectuels, et qui étouffons dans la prison qu'ils élèvent autour de nous, le regard du poète est le bélier qui renverse ces murs et nous rend, ne serait-ce qu'un instant, le réel ;  et avec le réel, une chance de vie. Philippe Jaccottet
 
 Nouveaux Délits  - Juillet 2009  -  ISSN : 1761-6530  -  Dépôt légal : à parution  - Auto-impression sur papier recyclé-  Autodiffusion  Coupable responsable : Cathy Garcia - Létou - 46330 St Cirq-Lapopie  Illustrateur : Valéry Jamin - Correcteur : Michel Host   - http://larevuenouveauxdelits.hautetfort.com

 

Publié dans Prose

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article