Supplique paienne (Québec)

Publié le par la freniere


À Gérard Leblanc


Mon Dieu, manifestez-vous
Dites-moi pourquoi on largue des bombes sur les enfants
Dites-moi pourquoi je dois passer la majeure partie de mon temps à trouver de l'argent pour payer le loyer
Au lieu de faire des prières de louange à la vie qui est magnifique malgré tout


Dites-moi à quoi sert l'injustice
Pourquoi des enfants déjeunent-ils de fourmis en Afrique
Dites-moi comment se fait-il que je mourrai transpercé de milliers de points d'interrogation
Dites-moi pourquoi des gens meurent dans d'atroces souffrances
Et pourquoi mon père est-il mort dans son sommeil


Dites-moi pourquoi vingt skin heads pro-nazi tabassent celui qui est différent
Pourquoi des hommes violent leur propre enfant et détruisent leur vie à tout jamais
Dites-moi où sont allés les âmes des milliers de personnes victimes de génocides
Dites-moi aussi pourquoi je marche parfois dans la rue et que je suis si heureux d'être vivant
Dites comment ai-je pu contribuer à mettre au monde deux anges magnifiques moi qui suis si imparfait
Dites-moi si je mourrai idiot


Vous qui régnez sur des milliards de galaxies entrez dans le cœur des dirigeants qui s'ingénient à détruire votre oeuvre
Ne les laissez pas cyniquement contrôler la vie qui vient de votre propre souffle
Mon Dieu, manifestez-vous
Donnez-nous notre pain quotidien bien sûr
Mais n'oubliez pas le vin qui adoucit les aspérités de l'existence


S.v.p. faites-nous sourire avec vos blagues métaphysiques et échevelées
Celles qui nous apparaissent dans un éclair et qui font plus de lumière en nous
Que mille centrales hydro-électriques


Apportez le réconfort à ceux qui en ont besoin
Ne les laissez pas se tordre de douleur dans la solitude
Dites au Pape de vendre ses bijoux et ses meubles et de donner son argent à ceux qui ont froid
Dites-moi sincèrement et sans détour pourquoi vous êtes venu chercher notre ami Gérald si tôt
Lui qui mettait tant de joie dans nos vies


Pardonnez-moi d'être si effronté mon Dieu mais il y a quarante-huit ans que j'essaie de comprendre
Et je vous trouve bien silencieux depuis tout ce temps
Qu'avez-vous fait de toutes les prières qui vous ont été adressées
Vous ne les avez pas déposées à la banque j'espère


Dites-moi ce que je fais ici sur cette terre d'Acadie dont il est impossible d'effacer
L'horrible souffrance de milliers de personnes qu'on a déracinées
Avez-vous déjà eu des racines mon Dieu
Avez-vous pensé à ce que l'on doit endurer quand on vous arrache à votre terre


Ah mon Dieu dites-moi que je parle au travers mon chapeau
Que la souffrance me fait dire n'importe quoi
Que je n'ai pas atteint le septième pallier des révélations
Mais dites quelque chose
Dites-moi ce que je dois faire


Dois-je vraiment continuer à écrire des poèmes ou ce que je crois être tel
Dois-je cesser de penser à vous pour vous retrouver dans le désert qui nous hante
Dites-moi si le lampion que j'ai allumé pour ma mère la première fois que j'ai mis les pieds
À Notre-Dame de Paris brûle encore dans l'alcôve de votre grandeur


Dites-moi surtout dites-moi quoi faire avec tout cet amour qui ne sert pas
Dites-moi si je dois me retirer et mourir comme un ascète
Ou tout bêtement crever d'une crise cardiaque dans un cinq à sept
Manifestez-vous je vous en supplie
Ouvrez en moi les portes de la perception
Dites à St-Aldous Huxley que j'ai besoin de lui
Dites à Kerouac que j'ai été son frère Gérard dans une autre vie
Dites à Emily Dickinson qu'elle est folle et que je l'aime


Rappelez-moi mes devoirs certes
Mais dites-moi que j'ai droit aussi à des plages de bonheur qui durent plus de trois jours
Mon Dieu ne les laissez pas détruire vos océans et la splendeur de votre création
Laissez vierge de tout humain le peu d'endroit qu'il reste sur terre


Donnez-nous notre rêve à chaque jour et qu'il se réalise pour témoigner de votre magnificence
Dites-moi que Jésus Mahomet Bouddha et tous les autres travaillent à notre libération
Dites-moi qu'Hildegarde von Bingen compose encore de la musique
Et qu'elle sera présente lors de mes funérailles
Dites-moi à quelle heure je dois être transporté à bord...comme disait Arthur Rimbaud


Mon Dieu, manifestez-vous
Donnez-nous encore des rires et de l'air pur, des festins et de l'herbe bien grasse
Dites aux étoiles que nous les remercions pour ce spectacle inépuisable qu'elles nous offrent
Je ne suis pas certain que notre voix porte si loin


Au fait m'entendez-vous mon Dieu
Etes-vous ici avec nous ou au milieu des étoiles
Etes-vous certain que vous ne regrettez pas de m'avoir laissé venir au monde
Etes-vous sûr que tout finira bien dans les siècles des siècles


Pour tout vous dire mon Dieu
Mes frères humains et moi avons un peu peur
Ça ne va pas très bien sur notre belle planète
Nous préférons nous enfermer dans nos divertissements
En essayant d'oublier les horreurs des nouvelles télévisées


Dites-moi ce que je dois dire à mes semblables
Mon Dieu changez mon sang en encre indélébile
Et permettez-moi d'écrire ici en gros sur le cœur gros des hommes
Ce mot devenu si rare : ESPOIR


19 juillet 2006


Guy Marchamps



Publié dans Poésie du monde

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article