Aphorisme du jour

Publié le par la freniere

Je ne crois guère avoir plus de deux ou trois ans. C'est l'âge de ma naissance et celle de ma mort. J'étais juché sur les épaules de mon père. Je le suis aujourd'hui sur celles de mes mots. Les rides n'ont rien changé à mes rêves d'enfant.

Publié dans Aphorisme du jour

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article