Christophe Forgeot

Publié le par la freniere


Christophe Forgeot est né en 1966. Il a publié une pièce de théâtre et cinq
recueils de poèmes. A aussi collaboré à une vingtaine de revues dont
L'Arme de l'Ecriture, Poésie Terrestre, Poésie sur Seine, Parterre Verbal,

Le Cri d'Os
 et Le Journal des Poètes. Actuellement responsable de forma-
tion, il est également Chargé d'Enseignement à l'Université de Toulon et
du Var.
.
Poésie :

- Douves et Coursives. Préface de Colette Nys-Mazure. Unimuse, 1995.
- La tension du jeu de yo-yo. Préface de René Barbier. La Bartavelle, col. Modernités, 1996.
- La Guerche, regards d'artistes sur un village de Touraine (ouvrage collectif). Fer de Chances, 1998.
- Caravane mirobolante. L'Harmattan, coll. Poètes des cinq continents, 1998.
- L'Entretien imaginaire. Hélices, 2000.

Théâtre :

- Le voisin. C.I.V.D., 1996. (Dans l'ouvrage collectif 5 pièces de théâtre en un acte, 5 Auteurs Askièvres de l'association Les Auteurs Askièvres parrainée par Guy Foissy
- Prix Territoria-Associations 1994, sous le Haut Patronage du Ministre du Travail, de l'Emploi et de la Formation Professionnelle. Pièce lue par Victor Haïm à Théâtre Ouvert, avec le concours de La Fondation Beaumarchais, du C.N.L. et la participation de France Culture, pièce également sélectionnée au festival international Val'en Scène 92.

 
 
Chambre blanche

Par les rêveries pendues aux fenêtres de l'enfance
Elle sort du nombre des sourds

Par images
Son enfant joue avec le regard d'autrui
Et sort des tables rases

Elle passe la vitesse et m'arrache

M'arrache
En château féminin

De son sourire je suis en vie

Bien que ma chambre blanche
M'inquiète et me compte à rebours
La vieille heure de mon péril est encore tapante

Elle crie et me donne naissance
Cette femme
 

Dans la lumière des projecteurs
Le clown tire ses plans sur la toile

Quête d’ombre et de patience
Ridicule dûment cherché
Il joue
Il plonge en lui plus que soupçonné
Se risque pour atteindre le centre des choses

Grand insatisfait de la sirène aux bras d¹anaconda
Il se donne pour la gagner
Sous son maquillage il s’étonne
Liberté
Existe-t-il un chemin jusqu’à vous
Pour qui cherche hors de soi

*
 
à Bruno Lecourt I.M.
 
Une maison se construit avec des sourires
Avec des carreaux d'intimité
Une porte mystérieuse comme un lever de rideau
Et un toit d'alliance
 
La cheminée est le lieu où les amis s'endorment
La confiance blottie sous des ailes chaudes
Les hôtes
A la merci d'un sentiment à charnières
 
Sourire après sourire
En bon artisan
Tailler l'apparence et soigner le seuil
Décorer à l'ancienne les émotions intérieures
Et protéger leur bois d'un amour moderne
 
En ouvrier consciencieux
Déblayer le grenier des poussières sinistres
Sonder l'étang de notre avenir
Prévoir des jours de fête
Et les vivre à tout instant
 
Mais il faut bien des années
Pour que les marteaux et les clous
Comprennent l'innocence des planches
 
Qu'importe
 
L'architecte est là devant derrière
Un plan de la maison dans chaque sourire
 
*
- Etre sensible
Affectionnez-vous un lieu précis
.
- Oui parce qu'un lieu est porteur d'huile d'enfance et
de cabanes dans les arbres
Ce lieu embaume mon esprit toujours en exil
Mais chaque lieu nouveau est prometteur d'autres berceaux
Chaque lieu nouveau transforme la coquille d'anciennes
appartenances
Partout la présence est cerf-volant
.
*
.
- Etre sensible
 
Croyez-vous au hasard
.
- Mon problème n'est pas de croire mais de douter
De questionner l'entourage
L'environnement autant que moi
De laisser aussi la place au mystère
Avec toute la diagonale des oiseaux migrateurs
Avec toute la force des marées
Je ne remets donc pas au lendemain la présence que je
peux me porter aujourd'hui
Et puis par temps d'ormeaux gelés je doute des phrases
dites sacrées
Des phrases qui se faufilent pour des siècles et des
siècles dans les embouteillages humains
Les doutes sont des grains à moudre pour la farine qui
délie les mains
Leur promesse est un champ de blé car le blé promet
le pain
 

Christophe Forgeot

Publié dans Les marcheurs de rêve

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Ile 03/02/2007 00:22

Ravie de te retrouver ici Christophe !