Ailleurs

Publié le par la freniere

La neige est tombée. Cachés dans l’ombre, nous l’attendions, nous attendions la blancheur. Elle est tombée si mollement, si douce, si blanche que nous nous sommes endormis aux fenêtres.

 

Dans quelques jours, les haillons, les taudis, la boue, les toits crevés, les mains sales, les déchirures de la terre, les branches cassées, les feuilles mortes, les traces de pas perdus, les taches de sang, les déchets, la moisissure, les pierres noircies, les ongles calcinés, les visages glabres, blafards, les visages défaits comme des lits. Dans quelques jours, tout cela aura disparu.

 

On ne verra plus la saleté, on aura l’impression de vivre dans un pays propre, avec des hommes propres, dans des maisons propres ; on ara l’impression d’être ailleurs.

 

Roland Giguère

Publié dans Poésie du monde

Commenter cet article