André Dhôtel

Publié le par la freniere

dhotel-vignette.jpg

Je pense que Dhôtel a toujours parlé de l'avenir: il n'a parlé que de ce qui s'entête à pousser sur les ruines. Il a su nommer les ronces, l'éclat d'une boîte de conserve ou d'un coquelicot, qui sont ce qui nous reste quand tout est défait parce qu'ils ont une lumière invincible. Dhôtel est encore un peu en avance, car on en est presque arrivé aux ruines. La bienfaisance de ses livres va grandir parce qu'on aura besoin alors de l'éclat consolateur de ces toutes petites choses. Un jour il n’y aura plus que des ruines sur terre, c’est-à-dire ce qu’il y a dans les poèmes de Dhôtel…  

 

Christian Bobin

Publié dans Les marcheurs de rêve

Commenter cet article