Avis chien perdu (France)

Publié le par la freniere

 

Les nuits sont pleines des cris de ces animaux
Qui vont et viennent dans ces cours et ces rues habitées mais sans âmes
Les chutes sont nombreuses qui ne disent par leurs noms
Vois-tu ce qu'ils appellent vie n'est qu'un espace de transit vers la mort
Ils nomment bonheur le moment dérisoire et court, que la douleur a délaissé un instant
Quelques prisonniers s'évadent parfois à l'insu du monde
Ils vont auprès d'un amour ou d'un livre rencontré au hasard
Soyez bénis chiens de lumière oiseaux de passage
La plupart ne connaîtront jamais ces émotions nouvelles et infinies
Les nuits sont pleines de ces paroles inarticulées
Ils enseignent et ne savent rien
Ils s'agitent, parlent sans cesse mais ne disent pas un mot valable
Vois-les courir et trembler de peur au fond de leur nuit maquillée de lumières
Vois pleurer derrière eux invisible l'être vivant que jadis ils étaient
Les nuits sont pleines de nos ordures sans nombre et de nos déchéances
Oublier, maître mot, cette voix évaporée au fond de soi
Sombrer doucement jusqu'à l'abîme sans retour
Les nuits sont pleines de fantômes dépouillés
Meurtris de n'avoir pas vécu
Je ne marche pas pour toi civilisation
Si quelque fois on a pu croire en toi sache-le
Ta mort avant l'heure et sans grâce ne vaut pas le coup
Tes pas sonnent faux, ta voix discordante je ne l'entends plus
Tu m'as rendu aveugle et sourd, insensible, fou à lier
Je retourne là où j'étais le premier jour
Avec d'autres chiens égarés


Zeio

Publié dans Poésie du monde

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article