Chant du royaume des langues coupées

Publié le par la freniere

Pauvre enfant sans père
qui n’a pas demandé à naître.
Enfant né d’un ventre loué comme une poubelle.
Enfant du vacarme et de la folie.
Enfant conçu dans la ruse et la cruauté  abyssale
Enfant martyre fêté  sous les pleurs diluviennes
des déités du ciel irrité.

Otage de trois jours
baptisé dans la boue, le stupre et la vodka.
 
Enfant du mensonge et de la haine d’autrui.
Enfant de la sorcellerie d’une caricature de chamane.
Enfant de l’asphyxiante fumée qui le fait tousser,
dans le lupanar  monotone.
Enfant de la jalousie, de la violence et de la pourriture
qui galope en silence sous son berceau.
Enfant de Satan nourri au lait de vipère
et au luxe obscène blanchi par la cocaïne.
Eternelle présence des choses tues.

Puissent tes stigmates te rendre
l’innocence de l’azur.

Je chante, dents serrées, pour demeurer en vie.
Sous le sourire, il y a une langue coupée.

 

Tatiana Théodorescu

traduit  du  roumain  par  Leonora  Campbel

Publié dans Poésie du monde

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article