Comme si on chantait

Publié le par la freniere

thumb_amj_p79.jpg

 

Comme si on chantait le tout proche : des choses, des fruits, des arbres, des fleurs, à peine plus loin : des montagnes.

 

Comme si des espèces de bêtes de lumière, toujours prêtes à fuir, étaient apprivoisées ; patiemment, tendrement apprivoisées.

 

On pourrait croire aussi que ce tout proche, l’art du peintre, l’a secrètement, inconsciemment, fait voyager très loin et revenir vers nous enrichi de ce lointain.

 

Choses qui nous reviendraient, d’avoir trempé dans un lac inconnu de toute carte, comme mouillées d’une eau moins éphémère…

 

Philippe Jaccotet

sur la peinture d’Anne-Marie Jaccotet



Publié dans Poésie du monde

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article