Dans le coeur

Publié le par la freniere

Quand ton sang s’est enfui

vers je ne sais quel vide

j’ai couru dans les bois

pour retrouver ton âme

éparse dans les feuilles

et le poil des bêtes.

 

J’ai regardé tes yeux

dans les yeux d’un chevreuil

et j’ai humé dans l’air

comme un souffle nouveau

dans les poumons du monde.

 

On ne meurt pas vraiment.

On survit dans le cœur

de ceux qui nous aimaient.

Publié dans Poésie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
S

Très beau poème