Désobéissez !

Publié le par la freniere

 

 

RIVIÈRE-DU-LOUP – L’auteur Victor-Lévy Beaulieu vient de publier un petit ouvrage de 180 pages intitulé Désobéissez!, un livre que VLB s’amuse à décrire comme étant son «moi haïssable».

 

Ce livre, lancé à l’aube de sa 45e année à titre d’éditeur, invite les citoyens à la désobéissance par la non-violence, en réinventant le combat contre le pouvoir bourgeois.

Partisan de l’instruction gratuite pour tous depuis l’école secondaire, VLB ne s’est pas gêné l’année dernière pour endosser la cause étudiante lors du «printemps érable».

Au sortir de cette crise, VLB estime que c’est un choix malheureux de société qui a été fait au fil des ans, ce qui a entraîné les gouvernements à adopter toutes sortes de politiques et de décisions qui n’ont pas changé le fin fond des choses, à savoir : que les gens les plus pauvres, les plus démunis de la société, n’ont pas plus accès à l’université et aux études supérieures que durant les années 60.

VLB croit que son livre Désobéissez! traduit l’urgence de sortir les Québécois de la compassion et de s’indigner par la non-violence, la désobéissance civile et de mettre en échec le pouvoir bourgeois.

«Cet ouvrage est comme un cri que pousse une bête blessée avant qu’on ne l’achève d’un coup fatal à la tête. Je l’ai écrit pour que se réveille notre conscience et pour que celle-ci, enfin réveillée, nous puissions agir, départager ce qui est juste de ce qui ne l’est pas, ce qui est équitable de ce qui ne l’est pas, ce qui est bien-être de ce qui ne l’est pas.»

«Nous avons peu de temps devant nous pour échapper à cet écocide, pour renverser cet état des choses, et pour y arriver, nous devrons, nous devrons réinventer le combat contre le pouvoir bourgeois. D’ici là, s’indigner ne suffit plus. D’ici là, il faut désobéir. Alors, désobéissez! Désobéissons!» a ajouté VLB, qui doit publier huit autres ouvrages au cours des prochaines semaines.

 

Aucune poursuite

 

VLB a également profité de cette rencontre pour indiquer qu’il mettait fin à ses menaces de poursuivre le maire de Trois-Pistoles, Jean-Pierre Rioux, pour pertes de revenus, découlant de subventions promises et non versées, tant par la Ville de Trois-Pistoles, le député libéral Jean D’Amour et le CLD de la MRC des Basques.

Le principal intéressé a indiqué que cette volte-face des trois mécènes serait en lien direct avec le fait qu’il avait accepté de prêter le terrain des Productions théâtrales et le Caveau-théâtre, pour des activités de l’Échofête, dont la visite tant médiatisée de Gabriel Nadeau-Dubois, leader étudiant très actif lors du «printemps érable».

Selon VLB, la perte de ces subventions aurait signé l’arrêt de mort des Productions théâtrales de Trois-Pistoles, déjà engagée avec l’Union des artistes et quelques artisans de la région dans la présentation de la pièce «La guerre des clochers».

Malgré la faillite des Productions théâtrales de Trois-Pistoles, VLB a accepté de payer de sa poche les 40 000 $ qui revenait de droit aux artisans de la région.

 

Gilles Lebel    Le journal de Québec

Publié dans Glanures

Commenter cet article