Évasion

Publié le par la freniere

(Max Jacob)

 

Ô vieux bougon lunaire

si complètement drolatique

Tes yeux révulsés au ciel

tes rides jardinières

ta grosse tête de maboule

 

chaque jour tu désespérais

d’être convoqué à l’ordre du jugement dernier

 

Tes plaisanteries sont difficiles

Il faut prendre le temps de savourer

cet imbécile croyant de liberté

 

Ta religion avait des fils recousus

par la concierge des contes

qui avait bu un coup de trop

 

Tu t’égares dans la littérature

avec ta grande cornette de travesti

 

un double col sans cravate

trébuchant sur tes Égaux

 

Enfant de Paris nourri à Quimper

un dieu déchira ta soutane

 

ta théologie était italienne

revue par Villon et Voltaire

 

Racontes-nous donc la dernière

comment à Drancy tu pris la clef des champs !

 

(dédié à François Boddaert et Michel Orcel)

 

Paul Le Jéloux

Publié dans Poésie du monde

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article