Georges Leroux

Publié le par la freniere

Georges Leroux enseigne la philosophie ancienne au Département de Philosophie depuis son ouverture en 1969. Formé à l'Institut d'Études Médiévales de l'Université de Montréal, où il a préparé une thèse sur la métaphysique néoplatonicienne sous la direction de Mathieu G. de Durand, et à l'École pratique des hautes Études de Paris (Vème section), dont il fut élève stagiaire sous la direction du professeur Pierre Hadot, il a publié de nombreuses études sur Lerouxla tradition platonicienne. Traducteur de Platon et de Plotin, son livre le plus récent est une traduction de la République de Platon (Paris, Flammarion, deuxième édition revue et corrigée, 2004). En collaboration avec Jean-Marc Narbonne de l'Université Laval, il prépare actuellement une nouvelle édition des Ennéades de Plotin pour la collection des Universités de France (Paris, Les Belles-Lettres), projet qui vient de recevoir un important soutien du CRSH. Parallèlement à ces activités, il collabore à plusieurs revues et journaux, où il intervient sur des questions de philosophie et d'esthétique. Son plus récent travail publié dans ce domaine est une étude sur les Monuments de l'artiste Dominique Blain (Galerie, UQAM, 2004).

Georges Leroux a été professeur invité dans plusieurs universités européennes. Il est correspondant canadien pour la Bibliographie de la Philosophie de l'Unesco et membre de l'Académie des Lettres du Québec.

 

Livres

 

Plotin, Traité sur la liberté et la volonté de l’Un [Ennéade VI 8 (39)]. Introduction, texte grec, traduction et commentaire, Paris: Librairie philosophique J. Vrin, 1990.

Avec Raymond Klibansky, Le Philosophe et la mémoire des siècles: Tolérance, liberté et philosophie. Entretiens avec Raymond Klibansky, Paris: Editions Les Belles-Lettres, 1998.

Avec  Raymond Klibansky, Raymond Klibansky, El filosofo y la memoria del siglo. Tolerancia, liberdad y filosofia, Traduccion de Maria del Mar Duro, Barcelona: Ediciones Peninsula, 1999.

Avec  Raymond Klibansky, Raymond Klibansky, Erinnerung an ein Jahrhundert. Gespräche mit Georges Leroux, Aus dem Französischen von Petra Willim, Frankfurt und Leipzig, 2001.

Avec Ghyslaine Guertin, Yannick Nézet-Séguin et Georges Guillard, Glenn Gould pluriel, Momentum, 2007.

Partita pour Glenn Gould: Musique et forme de vie, PU Montréal, 2008.

Partita for Glenn Gould: An Inquiry into the Nature of Genius, translated by Donald Winkler, McGill-Queen’s University Press, 2010.

Wanderer, Nota Bene, 2011

 

Lettre à Elie Wiesel

 

Me souvenant de vos engagements courageux lors des guerres cruelles de Bosnie et du Kosovo et à la pensée du témoignage profond que toute votre oeuvre apporte en faveur de la paix et de la justice, je n'ai pu lire le texte de votre appui à l'intervention américaine comme s'il s'agissait d'une expression parmi d'autres du soutien à la politique du président Bush. Votre position, parce que c'est la vôtre autant que par les arguments que vous formulez, m'a beaucoup troublé. Les appuis à cette politique sont rares chez les intellectuels et même ceux, au nombre desquels je me compte, qui favorisaient les interventions en ex-Yougoslavie se montrent aujourd'hui réticents, voire franchement opposés à cette intervention unilatérale. Votre voix solitaire est cependant celle du peuple américain et, à travers vous, c'est ce peuple que nous pouvons entendre, puisque 60% de la population est favorable à la guerre. Pourquoi me semble-t-il impossible de vous suivre ? Pourquoi, comme tous ces marcheurs de la paix auxquels vous avez refusé de vous joindre, suis-je incapable de m'accorder avec vos arguments ?

 

Clarifions d'abord un point pour éviter les malentendus. Personne parmi les opposants à l'intervention qui se déroule actuellement ne doute que Saddam Hussein soit le tyran et le meurtrier que vous décrivez. Personne ne doute que son peuple soit opprimé, privé de droits et exclu de la prospérité à laquelle la richesse du pétrole devrait lui donner accès. Personne enfin ne pense sérieusement que Hussein soit un enfant de choeur et que son arsenal prohibé soit entièrement détruit. Personne ne pense non plus que les intentions des États-Unis soient pures et dépourvues d'intérêts économiques. Le mal que vous décrivez est un fait, c'est le fait réel et implacable du mal tyrannique dont l'histoire du vingtième siècle, de Staline à Pol Pot, de Hitler à Ceaucescu et Milosevic, a été le terrain de déploiement le plus constant. De toute cette histoire, vous avez été et continuez d'être le témoin souffrant, la conscience en appel, et votre témoignage exige de nous que nous écoutions vos arguments.

 

Morale et politique

 

Pourquoi cette intervention semble-t-elle néanmoins à la conscience populaire des pays autres que les États-Unis une erreur ? Pourquoi y a-t-il ces manifestations partout ? Je ne vous opposerai pas le fait que d'autres régimes tyranniques représentent ailleurs des souffrances pires ou comparables, qui exigeraient selon votre argument une intervention similaire. Deux raisons plus précises de s'opposer à la guerre actuelle peuvent être mises en avant : l'une est morale et concerne le risque, l'autre est politique et concerne l'évolution de l'ordre mondial.

 

Pour les motifs mêmes que vous décrivez, quand vous évoquez le pouvoir terrifiant d'une puissance irrationnelle, disposant d'armes létales de grande puissance, ne faut-il pas, avant d'engager la guerre, tenter de mesurer les effets d'un affrontement et en particulier la somme des souffrances humaines qui en découleront ? S'agissant du Moyen-Orient, une région dévastée par des guerres brutales et où on ne compte plus les camps de réfugiés, le destin des populations civiles déjà éprouvées par ces conflits, et en particulier celui des minorités comme les Kurdes qui risquent de devenir le butin vite dépecé par les forces en présence, n'exige-t-il pas de nous la plus extrême prudence ?

 

S'agissant de Saddam Hussein et de ce que vous-même décrivez comme sa folie, ne faut-il pas éviter une situation où cette folie ne chercherait que l'occasion de s'exercer ? La considération morale du risque humain semble donc ici déterminante. Qui peut mesurer en effet de manière rationnelle la déstabilisation qui découlera de cette intervention, pour ne rien dire de ses effets pernicieux sur l'évolution du conflit israélo-palestinien ? Des souffrances sans nom attendent aussi bien les victimes que les masses de réfugiés qui se mettront sur les routes et les organisations humanitaires disent déjà qu'elles ne suffiront pas à la tâche.

 

La raison politique me semble cependant plus déterminante. Depuis les événements du 11 septembre, Goliath blessé ne sait plus comment frapper son adversaire évanescent. Il ne peut le saisir, mais il croit cependant le reconnaître partout. La notion d'un terrorisme international correspond exactement à cela, à ce mal insaisissable et diffus, mais au lieu d'en poursuivre l'éradication par une guerre meurtrière, ne faudrait-il pas nous engager, au sein des Nations unies, dans une concertation qui serait seule capable de donner à l'action politique une légitimité substantielle ? Les États-Unis, en envahissant l'Irak de manière purement préventive, le font en géant aveuglé.

 

La logique du terrorisme qu'ils affirment combattre affole en fait leur douleur, elle exacerbe leur ressentiment et se retournera avec plus de violence encore contre eux. Dans ce combat vindicatif, où la force militaire est le contraire de la force qui serait exigée pour investir politiquement une raison internationale, ne voient-ils pas comment ils ruinent les efforts de tous ceux pour qui la situation nouvelle du monde exige la construction d'un gouvernement universel, dont le mécanisme est d'abord la délibération et la démocratie ?

 

La décision récente du président Bush de poser un ultimatum à l'ONU constitue à cet égard le symptôme de la résistance américaine à une évolution démocratique universelle vers la paix. Par cet ultimatum, le gouvernement américain montre non seulement sa puissance bien réelle, mais aussi sa volonté d'imposer un ordre unilatéral et dominateur. S'opposer à la guerre, c'est refuser cette imposition unilatérale par la force et les souffrances inutiles qui en découleront.

 

S'en remettre à la force

 

 

L'opposition à cette volonté fait l'honneur d'États comme certains pays d'Europe ou le Canada qui, en dépit de leur peu de puissance militaire, ont le courage d'affronter le géant et de tenter de le ramener à la raison. Or la raison, dans le cas présent, c'est d'abord la légitimité de la délibération des Nations unies, qui représente le seul espoir de paix et de justice dans un monde violent. Retirer sa confiance aux Nations unies, les contourner, c'est s'en remettre à la force et en cela, comme le dit si bien Jacques Derrida dans son dernier livre, montrer que la raison du plus fort peut aussi être une raison dévoyée, une raison de voyou.

 

Même si cette force triomphe, ce qu'elle ne peut manquer de faire compte tenu de ses moyens, elle ne s'imposera pas comme la force de la raison, elle ne trouvera pas dans son triomphe la légitimité morale et politique qu'elle devrait rechercher en premier lieu, alors que la raison, qui sera humiliée par tant de violence, continuera de gémir dans nos coeurs, réclamant l'avènement d'une conscience universelle et la confiance en la démocratie des nations réunies pour la faire advenir.

 

Vous plaidez pour la force contre un mal qui vous paraît autrement invincible, je voudrais plaider pour la raison. Nul plus profondément que vous n'a éprouvé dans son corps et dans son âme la violence de la guerre et, comme citoyen américain, vous avez reçu le coup brutal du 11 septembre de manière plus directe que nous tous. Et cela, nous devons le comprendre, nous devons comprendre la peur que vous exprimez autant que le désir de justice qui vous porte vers l'intervention, mais au nom de tous ceux qui manifestent aujourd'hui pour la paix, je veux tenter de vous dire que la paix ne sera jamais réelle si elle est seulement la paix du plus fort, car elle doit aussi être une paix juste et légitime. Dans la nuit où nous veillons tous, illuminée par les bombes au phosphore, je vous adresse avec le plus grand respect cette parole, mais je ne cesse pas pour autant de méditer fraternellement vos convictions.

 

Georges Leroux

 

en entrevue

 

livre_678.jpg

Wanderer

Essai sur le Voyage d’hiver de Franz Schubert

Georges Leroux

Avec une suite photographique de Bertrand Carrière.

Le Voyage d’hiver appartient aux dernières années de la courte vie de Franz Schubert. Il porte les marques du chemin qui s’achève, mais dans la méditation de son voyageur, on entend aussi une résolution, une volonté de poursuivre envers et contre tout.

Dans cet essai, on accompagne le Wanderer dans son ultime combat, on le suit dans ce cycle de vingt-quatre Lieder où chaque instant est aussi un paysage, une émotion associée à la quête d’une sérénité qui toujours échappe. Confronté à la perte, le héros traverse tous les états de l’abattement et de la détresse, jusqu’à la rencontre finale avec un personnage aussi démuni que lui, ce joueur de vielle à roue qui pourra, peut-être, lui offrir l’hospitalité attendue. Chaque Lied est ici l’occasion d’un exercice de pensée, où l’écriture tente l’impossible : dire ce qui a lieu dans l’œuvre, suivre le Wanderer, en recueillir le chant de courage. Chaque Lied est aussi commenté par une image, chacune offrant un regard sur ce paysage hivernal dont l’horizon est toujours celui de cette attente blessée, de cette paix qui se dérobe.

Leçon de lucidité, appel à consentir à la finitude, le Voyage d’hiver invite à la compassion et cherche dans la compagnie du Wanderer la ressource extrême de la vie, le force de se relever, l’accueil de l’autre.

Publié dans Les marcheurs de rêve

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article