Histoire

Publié le par la freniere

je me rappelle le temps où j’étais grand parmi les

         mammifères séniles doux et lents

ils n’étaient pas vainqueurs

ils n’avaient pas le beau rôle des victimes mais

regardaient ceux qui bataillaient simplement en

         essayant de comprendre

 

l’air était frais à la hauteur de leur taille

ce n’était pas celui des fourmis très étroites

         qui sont près de la terre

ni celui trop vif des musiciens

 

on respirait à l’aise

on ignorait la bousculade

on souriait au lyrisme

on était bien pas fier et sage sans calcul

 

puis

quand un soleil tout à coup s’éteignit

des êtres égoïstes et pleins de science sont descendus

des pays froids

 

et il fallut servir

se conformer à leur commerce de détail et renoncer

au bien penser devant le monde

 

depuis ce temps la vie est devenue un labyrinthe où

toutes les portes font du bruit

 

quand l’homme dormira-t-il ?

 

 

Michel Seuphor

Publié dans Poésie du monde

Commenter cet article