Ici, il n'y a plus rien

Publié le par la freniere

Ici, il n'y a plus rien

 

Les jours de noce

S'entassent comme du linge sale

 

Au mur, l'échelle qui au cours des temps

A servi

À détacher les pendus

 

Les maisons ont jauni,

Les arbres grandi dans le silence

 

Traînent les factures

Des saisons perdues

 

Ici, il n'y a plus rien

Derrière les volets clos,

Échappant à l'Histoire,

Le hasard joue avec les couleurs du caméléon

 

Ici, il n'y a plus rien

À peine si l'odeur de la pluie

Sur le sable de la plage persiste

À peine si la lune peut danser

Sur les vagues affaiblies

 

En un questionnement sans fin

Les jours s'en vont

La peur se fait patience

 

Certains veulent partir

Pour aller où ?

Ils l'oublient chaque nuit

 

Paul Mari

 

Publié dans Poésie du monde

Commenter cet article