Ils ont dit

Publié le par la freniere

Walter Benjamin disait : L’espoir nous sera rendu par ceux qui l’on perdu. Donc, vraiment, c’est à l’infini. Je crois à ce désespoir-là, c’est-à-dire celui qui, au lieu de vous ligoter, de vous contraindre et de vous assujettir, de vous rendre esclave, de vous asservir vraiment, vous force à lutter, mais avec une énergie décuplée par la lucidité devant l’ampleur du mal. Vous savez, il y a des gens que je n’aime pas trop, ce sont les cyniques. Mais il n’y a pas seulement ceux qu’on pourrait désigner par l’expression cynisme hard, dur, évident, vulgaire ; la vulgarité et le cynisme font d’ailleurs bon ménage. Il y a aussi un cynisme soft, mou : c’est la bonne conscience ; la bonne conscience de ceux qui, en minimisant le mal, versent dans l’angélisme. Ils tâchent d’effacer les aspérités du réel et s’enferment commodément dans un espèce de monstrueux égoisme.

 

Pierre Mertens

Publié dans Ils ont dit

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article