Ils ont dit

Publié le par la freniere

Aux inégalités dont souffre la société moderne vient s’ajouter une inégalité nouvelle entre une minorité qui lit et une majorité qui ne lit plus ou bien ne sait plus lire et regarde la télévision. Il faudra bien s’y faire. On voit poindre là une division profonde qui fait songer une fois de plus au roman de Huxley, Le meilleur des mondes, où seule une minorité a accès à la science véritable et à la culture générale. Le livre pourrait bien redevenir ce qu’il fut jadis : une rareté. Apparaît donc un clivage profond, sans précédent, qui n’est fondé ni sur le sang, comme dans l’Ancien Régime, ni sur l’argent, comme dans les démocraties actuelles, mais sur les connaissances. Et ce n’est pas sans danger pour la démocratie.

Une partie de nos maux s’explique par la nature même de notre civilisation où tout devient produit, objet de consommation. J’en parle dans Itinéraire : l’interrogation universelle est aujourd’hui : combien vaux-tu ? Corps et âmes, livres et idées, tableaux et chansons sont devenus des marchandises. J’ai évoqué, à la Foire du livre de Francfort, les manipulations caricaturales qui se pratiquent sous le masque du mot littérature avec la complicité des médias et de leur label trompeur de « culture populaire » qui exclut les ouvrages jugés trop sérieux, autrement dit « barbants », quand ne se manifeste pas une franche hostilité contre la littérature « sérieuse » : comme si Platon, Aristote, Boccace, Rabelais, Cervantès, Swift étaient des gens sérieux !

 

Octavio Paz

Publié dans Ils ont dit

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article