Ils ont dit

Publié le par la freniere

 

J’aurai voué ma vie à chercher à comprendre, jusqu’à ce que je finisse par découvrir – ou deviner – qu’il suffisait de connaître. De naître avec.

Ainsi me serai-je mis, tardivement, à naître avec les mots qui font effort vers plus de lumière.

Parvenu là, c’est si éblouissant qu’on n’y voit presque plus rien.

Alors, on a compris que l’on parle désormais comme pour respirer. Et que cela durera ce que cela durera.

 

Gil Jouanard

Publié dans Ils ont dit

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article