Ils ont dit

Publié le par la freniere

Il commença à écrire étourdi par le vertige. Tous ces abîmes : la Mort, l’Inconnu, l’Infini ! Il n’avait trouvé qu’un crayon à quoi s’accrocher et il ne le lâcha plus.

 

Or ce petit mât tanguait dans sa main, enregistrant surtout l’instabilité du monde, les cahots du chemin, les trous d’air, la fuite du temps.

 

Et il soupirait quelquefois en se disant qu’il eût été mieux inspiré s’il avait saisi une canne plutôt.

 

Éric Chevillard

Publié dans Ils ont dit

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article