Ils ont dit

Publié le par la freniere

 

L’historien fait son beurre des ruines et de la mort. Il marche entre des haies de cadavres comptabilisés et le long de rues calcinées où les cris de victoire se sont enfouis sous des tas de gravats. De loin en loin, il se penche, ramasse un bouton, l’essuie et le glisse dans sa poche. Quelquefois, il recueille les petits os des rois qu’il ramène à son chien dans un reste de drapeau.

 

René Pons

Publié dans Ils ont dit

Commenter cet article