Ils ont dit

Publié le par la freniere

Parce que l’écrivain ne saurait être le bonimenteur de son livre sans reconnaître implicitement que celui-ci n’est que vile camelote… Parce qu’il ne saurait devenir marchand sans vendre d’abord son âme…

 

Parce qu’il ne reconnaît pas à son corps la moindre légitimité dans l’affaire et qu’il a cherché plutôt à l’escamoter en écrivant… Parce que sa personne physique n’a donc pas à se vanter publiquement à la télévision des productions de son esprit, j’ai décliné l’invitation de la Grande Librairie.

 

Avec une implacable fermeté morale, une incontestable rigueur intellectuelle, et parce que j’avais salement les jetons d’y aller.

 

Éric Chevillard

Publié dans Ils ont dit

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article