Ils ont dit

Publié le par la freniere

Nous autres sans patrie. Nous autres étrangers sur la terre étrangère nous sommes chacun dans notre propre asile comme un sanglier apeuré, perdu au centre de la grande ville à l'heure où les chevaux vont boire, à l'heure où les assassins s'éveillent. Mais nous ne dormons pas, nous n'avons pas le droit de dormir: le sommeil serait l'apprentissage de la mort et il faut que nous mourions debout dans l'innocence du devenir.

 

Maurice Blanchard

 

Publié dans Ils ont dit

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article