Ils ont dit

Publié le par la freniere

Tandis que le retour à la nature est une tentation de plus en plus nette chez les jeunes citadins, que nombreux sont ceux qui chaussent leurs bottes pour franchir le pas et s’installent à la campagne, tant pour des raisons économiques que dans l’espoir d’y mener une existence plus sereine, des populations d’animaux sauvages, écureuils, belettes, hérissons, renards, rapaces (voire des ours et des loups dans certaines contrées), chassés par la réduction et la détérioration de leur habitat (déforestation, pesticides, etc.) rappliquent dans les villes où l’ordure nourricière abonde et finiront logiquement par les coloniser quand nous n’y serons plus, ayant élu domicile dans leurs terriers et dans leurs nids.

 

Éric Chevillard

Publié dans Ils ont dit

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article