J'écris 2

Publié le par la freniere

J’écris avec des mots
qui ne mangent pas toujours
et gèlent quelque fois
sur une bouche d’égout.

  J’écris avec des mots
qui marchent sans souliers
et saluent le soleil
avec un bras en moins.

 

J’écris avec des mots
qui sentent la friture,
la tendresse et la vie.

  J’écris avec des mots
qui sont les rames du cœur,
dents de loup, dents de lait,
chardons ou mirabelles.

 

Je n’écris pas comme Perse,
Valéry ou Sollers.
Mes mots ont des ampoules.
Mes images ont des cloques
et font claquer des dents.

  J’écris avec des mots
qui rappent et qui dérapent
sans papier sans diplôme
avec une peau d’homme
qu’on ne tannera pas.

 

J’écris avec la mort
tout autant que la vie,
avec l’amour en berne
ou bandé comme un cerf.

  J’écris sans Dieu
sans drapeau sans patrie
avec au fond d’un verre
toute la lie du monde.

 

J’écris avec des mots
qui sentent la résine,
la colère et l’espoir,
le sang sur les épines
au milieu des caresses.

Je n’écris pas de la dentelle
mais du gros fil marin,
des nœuds venus de souche,
des cicatrices de fer.

  J’écris avec la brume
des gouttes de pluie
réveillant le tonnerre,
des voyelles embrassant
les livres sur la bouche.

 

J’écris avec les mots
qu’apprennent les enfants,
avec le ventre de ma mère
et le silence de mon père.

Publié dans Poésie

Commenter cet article