Jungle (Grèce)

Publié le par la freniere

 

Matin et toutes choses au monde

posées

à la distance idéale du duel.

On a choisi les armes,

toujours les mêmes,

tes besoins, mes besoins.

Celui qui devait compter un, deux, trois, feu

était en retard,

en attendant qu'il vienne

assis sur le même bonjour

nous avons regardé la nature.

 

La campagne en pleine puberté,

la verdure se dévergondait.

Loin des villes Juin poussait des cris

de sauvagerie triomphante.

Il sautait s'accrochant

de branche d'arbre et de sensations

en branche d'arbre et de sensations,

Tarzan de court métrage

pourchassant des fauves invisibles

dans la petite jungle d'une histoire.

La forêt promettait des oiseaux

et des serpents.

Abondance venimeuse de contraires.

La lumière tombait catapulte

sur tout ce qui n'était pas lumière,

et la splendeur érotomane dans sa fureur

embrassait même ce qui n'était pas l'amour,

et jusqu'à ton air morose.

 

Dans la petite église personne

à part son nom pompeux, Libératrice.

Un Christ affairé comptait

avec une passion d'avare

ses richesses :

clous et épines.

Normal qu'il n'ait pas entendu

les coups de feu.

 

Kiki Dimoula

Traduction : Michel Volkovitch


Publié dans Poésie du monde

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article