Jusqu'ici

Publié le par la freniere

 

Jusqu'ici on se fout des saisons et des arbres en fleurs. Les veines pâles de l'aube dessinent dans le ciel des pièges aussi cruels que des toiles d'araignées. Les avions s'en approchent et on ne les voit plus. Peut-être restent-il piégés là, à attendre fébrilement que le soleil les dévore? Et nos ombres avec. La main légère de l'abandon. Jusqu'ici on peut encore la sentir caresser nos visages. Lancer vers l'horizon de petites zébrures rosées, semblables à ces lézardes qui reparaissent avec le jour. Qui gonflent. Et personne ne s'y abrite.  

 

On reste la tête nue sous la pluie du matin.

 

Jean-Baptiste Pedini

Publié dans Poésie du monde

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article