L'éthique du soldat

Publié le par la freniere

J’ai été engendré par un siècle
qui s’est sauvé la queue entre les jambes.
Alors si je le croise un soir dans
un bar
c’est simple
je lui pète la gueule
et je continue à rouler ma clope (je fume toujours
dans les bars, où, quoi qu’il
arrive, le héros
c’est moi,
petit soldat, petit frère de
mon frère).

Ils sont venus pour les Juifs, les
Noirs, les Boliviens. Mais
pas pour moi.
En fait, ils sont venus,
mais je me suis toujours arrangé
pour ne pas être chez moi.

J’aurais pu te donner la vie
dont tu rêvais
si je n’avais pas eu cette putain de rose blanche dans la poitrine
qui saigne
qui saigne
qui te vide de mon sang.

 

Ética del Soldado  

 

Fui engendrado por un siglo
que huyó con el rabo entre las patas.
Es por eso que si me lo cruzo en
algún bar,
simplemente
lo derribo de un puñetazo en la boca y
continúo liando mi cigarrillo (siempre
fumo en bares en los que, pase
lo que pase, el héroe
soy yo, hermano raso

de mi hermano).

Vinieron a buscar a los judíos, a
los negros, a los bolivianos. Pero
a mí no.
En realidad sí vinieron,
pero siempre me ocupé
de que no me encontraran en casa.

Yo hubiera podido darte esa vida
que soñabas.
Pero es que tengo esta puta rosa blanca en el pecho
que sangra
que sangra
que desangra.

 

Nestor Barron

 

Publié dans Poésie du monde

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article