L'intolérable

Publié le par la freniere

L'intolérable, ce n'est pas que l'on doive mourir, comme des chiens, des rats, des loups, des choucas, des musaraignes, ce n'est pas que l'on doive engraisser les roboratives chimies souterraines, non, l'intolérable, c'est cette souffrance tautologique à laquelle ni les sermons d'un Bossuet inspiré par l'effroi, ni les ratiocinations en fusées pyrotechniques d'un Blaise Pascal pipant les dés dans les tripots du jansénisme, n'apportent un quelconque remède, l'intolérable, c'est de s'atteler à une table, d'inscrire des mots sur un produit de recyclage au lieu d'être en train de courir les bois ou la gueuse, ce sont les centimètres qui manquent sur la toise de l'être et c'est, semelle orthopédique verbale, ce pauvre subterfuge, c'est plus que la mort son idée, faucheuse, pétasse, sac d'os dansant la gigue, tenancière de maison close totalisant les passes, l'intolérable c'est être ce nain d'onanisme pudibond s'excitant du stylo dans un foutoir d'espace, ce rat de musée, ce chien, ce chouca, ce loup, cette musaraigne...

 

Lionel Bourg

 

Publié dans Poésie du monde

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article