L'intraduisible amour

Publié le par la freniere

on s'installe au même endroit que la veille

des vitrines s'éclairent, d'autres s'éteignent

nous marchons tranquillement sur un fil qui n'est pas palpable

de très légers flocons s'évanouissent en touchant l'asphalte

à la télévision, on discute de la guerre entre deux publicités

l'atmosphère humide, sans que je m'en aperçoive, a coloré mes joues

le dehors est une maison dont on ne peut sortir

le vide de notre souffle ne nous aura jamais quittés

le vide de notre souffle n'est pas seul

quelqu'un se renouvelle au centre de nous-mêmes

 

François Charron

Publié dans Poésie du monde

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article