La grandeur du monde

Publié le par la freniere

Seule la grandeur du monde
peut raccourcir le temps
mais l'homme est si petit
quand il se prend pour Dieu.

Je ne veux pas servir de vol
aux oiseaux du malheur
ni de fumée sans feu
aux rêves qu'on éteint.
Le vent ramasse derrière nous
les pas qu'on n'a pas faits
et les fleurs trop brèves
pour chanter les racines.

De la fragilité du temps
nous ferons un brasier,
une fête plus tenace
que le bleu des nuages,
d'un simple nid d'oiseaux
un chemin vers le ciel,
d'un fardeau d'épines
la promesse des fruits.

Si je hurle parfois
à l'oreille des ronces
c'est toujours à voix basse
que je parle aux étoiles.

Publié dans Poésie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Gertrude Millaire 04/01/2014 23:57


Jean-Marc, ta poésie toujours me renverse. Et je suis fier de ton parcours.


Je t'écris à voix basse... Et je ne peux commencer ce nouvel an, sans prendre un de tes poème pour mon coup de coeur Franco... alors ne m'en veux pas mais j'ai choisi (pas facile choisir) mais en
ce temps de l'année, ton poème La grandeur du monde.


Belle année 2014 et belle continuité d'écriture et que ton nom soit sur toutes les lèvres. Succès dans ta vie et succès poétique avec la reconnaissance que tu mérites. Te lire me rends fière
d'être québécoise et me guéris de tous mes maux. Bises

Béa 14/12/2013 08:54


Du sud-ouest de la France où j'habite: MERCI. Merci pour ces mots, vos mots, qui font du bien, et qui tissent de l'invsible et du chaud. Du fond du coeur, merci!