Là-haut sur la montagne

Publié le par la freniere

Là-haut sur la montagne
j’habite un peu le ciel
m
ais j’y traîne ma boue.
Je me lève au matin
e
n tulipe ou en bois.
Je bois à la rosée
c
e qu’y laisse la nuit.
Je trempe dans le cœur
u
ne langue de chat.
Je jappe, je lape.
Je m’effeuille en
mots.
J’écoute les messages
q
ue sifflote le vent.
J’anime l’espérance
d
ans la paille des nids.
J
’ouvre avec mes dents de lait
l
e noyau de la vie.
J’ai ma force dans l’eau,
m
es yeux dans les étoiles.
J’ai ma voix dans la pierre
qui parle aux insectes.
Chaque feuille est u
n arbre
d
ans la forêt des fées.
Chaque mot est une image
d
ans un crayon de couleur.
Là-haut sur la montagne
où je soigne mon loup
l
es portes brisent leurs chaînes,
les meubles font le mur
e
t les carreaux brisés
s
’envolent en oiseaux.

Publié dans Poésie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article