La pagaille est là

Publié le par la freniere

Gaie ou pas la pagaille est là.
On trouve encore des traces d’humanité
Comme on retrouve des silex taillés
Et des pointes de flèches que le sol régurgite.

Terre, mer, espace, animaux et hommes
Tous sont traités de même.
Au-delà du respect, sans affect
Ni empathie ni penchants bienveillants.

Le plaisir est à l’horreur, au crime et au sang.
La destruction massive en marche
Dernier flambeau des morts vivants.
Voila revenu le noir inquiétant

Le sinistre cynisme balaye les garde-fous.
Les temps sont au mépris sous couvert de morale
L’acte gratuit, la torture qui donne le plaisir.
Sacrifices moyenâgeux, chasse aux sorcières.

Le troupeau qui s’engage et se jette en pâture.
Suicide de lemmings sans aucune raison.
Prétextes boiteux ou rien ne sont nécessaires
À battre le tambour des rassemblements punitifs.

L’arrogance de la terreur n’a plus de limites
Rien ne l’arrêtera elle recouvre le monde.
Il n’y a plus d’issues de secours
Les frontières de la fuite sont bouclées.

Nous voici tels que nous sommes
Tels que nous avons tolérés devenir
Nous voici à payer les erreurs.
Gaie ou pas la pagaille est là !

©CeeJay

Publié dans Poésie du monde

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article