La terre nous est étroite

Publié le par la freniere

Sur cette terre, il y a ce qui mérite vie :
l’hésitation d’avril, l’odeur du pain à l’aube,
les opinions d’une femme sur les hommes,
les écrits d’Eschyle, le commencement de l’amour,
l’herbe sur une pierre, des mères
debout sur un filet de flûte et la peur
qu’inspire le soulèvement aux conquérants.

 

Sur cette terre, il y a ce qui mérite vie :
la fin de septembre, une femme qui sort
de la quarantaine, mûre de tous ses abricots,
l’heure de soleil en prison, des nuages qui
 imitent une volée de créatures,
les acclamations d’un peuple pour ceux qui montent,
souriants vers leur mort et
la peur qu’inspirent les chansons aux tyrans.

 

Sur cette terre, il y a ce qui mérite vie :
sur cette terre, se tient la maîtresse de la terre,
mère des préludes et des épilogues.
On l’appelait Palestine.
On l’appelle désormais Palestine.
Ma Dame, je mérite la vie, car tu es ma Dame.

 

Mahmoud Darwich

Publié dans Poésie du monde

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article