Le poème rappelle le monde

Publié le par la freniere

 

«Nous sommes allés

à terre. La première

que nous avons

rencontrée, c’était une

 

gamine. Nous lui avons demandé

nous

étions. Puis nous l’avons

 

abattue. Nous

pensions que c’était trop risqué

de la laisser

s’en aller.»

 

Jan Erik Vold

Traduit du norvégien par Jacques Outin


Publié dans Poésie du monde

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article