Les oiseaux parlent au passé

Publié le par la freniere

tous les ponts sont bouchés entre vivre et crever

lentement rongeant l’os mutuel

je me cherche sur le fil à retordre

ma rapproche d’où je m’éloigne

orphelin d’avant l’œuf

j’ai faim de quitter quelque chose

les machines les arbres chauves je veux

saqvoir si le feu est partout le feu

et si rien d’autre ne compte

 

François Guérette

Publié dans Poésie du monde

Commenter cet article