Manquer

Publié le par la freniere

Écrire dix pages, en retrancher cinq.

 

Faire des collages, percer des trous, réorganiser.

 

Couper.

 

Coller.

 

Écrire vingt pages, n’aimer que quelques lignes. Écrire à reculons, presque, pieds nus sur un plancher couvert d’échardes. Écrire à en saigner, de là où ça porte. Souffrir à reculons sur des mots de mer morte. Ceux sur lesquels on flotte même quand on veut plonger.

 

Me rendre à quarante pages, en avoir dix au moins à faire tomber. Douter aussi de quinze autres, puis des quinze premières, et douter encore. Trouver que le théâtre est ingrat.

 

Manquer de corps,
manquer de poésie,
manquer de vie,
manquer de moi dans un corps qui fait mal et qui n’a pas le souffle nécessaire pour prendre toutes ces paroles.

 

Manquer mon coup.

 

Manquer.

 

Me perdre dans ce qui reste de nuit, dans l’odeur des flatulences de chiens, quand les rêves leur agitent les pattes.

Me perdre en relisant l’heure quatre, cinq fois:

1h30, 1h30, 1h30,
1h31, 1h31

 

Comprendre qu’il est tard. Aller me coucher.

 

Jean-François Caron

Publié dans Poésie du monde

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article