Mes larmes n'y pourront rien

Publié le par la freniere

Peuple aux étranges beautés
fils des dieux perdus
hommes de nulle part jetés dans ce chaos 
où les vérités s’étripent au nom de l’Unique
Peuple si lointain 
de cet univers où la vie ploie 
sous le poids des ambitions
Peuple des vertes brumes et des terres immaculées 
que le capital n’a pas encore consommées
sens-tu ramper le péril ?
Tu es photographié, cartographié, 
pesé, mesuré, chiffré
déjà prisonnier 
des convoitises affutées 
des marchands de bois 
et des marchands de labeur
Peuple de l’ailleurs millénaire
qui ne sait pas encore que la loi du profit
a eu raison de la maison des cœurs
Mes larmes n’y pourront rien
ils arrivent avec leurs logiques
leurs camions et leurs banques
Peuple de l’enfance du monde
tu leur sembles peuple virtuel
déjà tu es au catalogue des civilisations perdues
et tes enfants pareils au miens
perdront leur liberté
perdront leur dignité de peuple debout
Mes larmes n’y pourront rien.


 

Jean-Michel Sananès

 

Publié dans Jean-Michel Sananès

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article