Minuscules

Publié le par la freniere

Mains nues, je gravis la muraille des mots. Un rictus de tension épuise mon effort. Le ciel secoue ses édredons. Il neige léger et silencieux comme pattes de chat. Un linge mouillé recouvre la dureté des sols. Du blanc pour laver la noirceur. Quelque chose en moi cherche encore quelque sens. Le réconfort d'une harmonie. La justesse d'un état. Je ne trouve qu'un souffle coincé entre les pierres. Une plume arrachée à l'ange. Il reste peu des confiances, un bâton pour le pas, un cahier fermé, quelques mots de ma mère, la droiture d'un grand-père. Des trésors de pauvre chemin. Des choses de petite croyance. Des gestes invisibles. Lanternes minuscules. Le froid menace. Solitaire plus que jamais, fétu d'étincelle maigre, j'écris d'inutile lassitude, de repères gaspillés. La joie enfouie sait, mais ne projette plus. Au sursaut de l'hiver, combien d'oiseaux sont morts sans voir l'accomplissement de la fleur d'amandier ?

 

Ile Eniger

Publié dans Ile Eniger

Commenter cet article