Naître à nouveau

Publié le par la freniere

 

Est-ce de t’aimer si loin

que je t’aime si près ?

Je me retrouve en toi

au plus proche de l’âme.

De la terre à la chair

et de la chair au cœur

je me rassemble en toi.

Que ta beauté toujours

irrigue mes regards.

Je m’élève si haut

quand je marche avec toi.

De la source aux montagnes

je n’en reviendrai pas

sans trouver la lumière.

Ton fleuve entre mes bras

lie mes rives l’une à l’autre

et je traverse à gué

la ligne d’horizon.

La saveur d’être deux

nous complète l’un l’autre.

Je reconnais en toi

le pourquoi de la vie.

Tu m’offres le plus beau,

le plus grand, le meilleur.

Tu me fais voir le ciel

dans le moindre caillou

et l’infini partout

où nous nous rejoignons.

Je t’aime comme tu m’aimes

jusqu’à n’être que nous,

jusqu’à naître à nouveau.


 

Publié dans Poésie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article