Odes radiophoniques

Publié le par la freniere

Je n’ai rien à cacher
Sinon la timidité de mes mensonges
Des parkings aux penthouses je vous suis
Une lèvre se colle contre une autre
Tableau troublant
Voici enfin enregistré le chant des sirènes
Leurs couplets de soleil couchant
Leur refrain enchaîné aux voyages
De la radio de l’extase
And a one and a two and a three
Ces mots
En béquilles
En fauteuils roulants
Voués aux tombeaux
Des dictionnaires
Touristes eux-mêmes
De leur propre splendeur
Mais
Regardez mes mains
Que mon amour trouve
Si touchantes
Mes doigts gantés de bagues
Et ces veines qui y font des autoroutes
En apogée
Dignes de toutes les Florides
And a one and a two and a three
Pendant que ma voix refuse
D’être censurée
D’être filtrée
Tel un déluge
Du bout des ongles
Je sculpte dans l’air
Que vous respirez
Des bonheurs technicolor
And a one and a two and a three
Mais par le hublot éteint
Un cosmonaute déçu
Revient à son miroir
Renoue avec sa Genèse
And a one and a two and a three
Mon plus grand phantasme
Mon meilleur est de vous dire
And a one and a two and a three
De vous dire
De ne jamais
Jamais
MOURIR

Jean-Paul Daoust
 

Publié dans Poésie du monde

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article