Pas pour tout le whisky du paradis

Publié le par la freniere

Pas pour tout le whisky du paradis

Pas pour toutes les mouches du Vermont

Pas pour toutes les larmes du sous-sol

Pas pour un million de voyages sur Mars

 

Pas même si tu me payais en diamants

Pas même si tu me payais en perles

Pas même si tu me donnais ton anneau minuscule

Pas même si tu me donnais tes boucles

 

Pas pour tout le feu de l’enfer

Pas pour tout le bleu du ciel

Pas pour un empire à moi tout seul

Pas même pour la tranquillité de mon âme

 

Non, jamais, je ne cesserai de t’aimer

Tant que mon cœur continuera de battre

Et même après dans mes mots et mes chansons

Je recommencerai une nouvelle fois à t’aimer

 

Charles Bernstein

Traduit par Abigail Lang

Publié dans Poésie du monde

Commenter cet article