Pays natal

Publié le par la freniere

Cette ville m'assomme

avec son petit maire

sa petite grandeur

ses petites misères

ses rats des ondes


cette ville me blesse

j'y mourrai sans doute

perclus d'arthrose sociale

ballotté en trottoirs glauques

en conversations creuses


cette ville me tue

tant de turpitudes

érigées en monuments

tant de m'as-tu-vus

sur fond de pays inexistant.


J'aime cette ville!



Jean Coulombe (c) 2013

 

Publié dans Poésie du monde

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article