Pelleteur de nuages

Publié le par la freniere

J’ai tant pelleté de nuages

le ciel est dégagé

mais la terre

est couverte de cendres.

 

Quand je parle en caillou

j’invective les murs.

Je parle de feuillage

aux arbres qui ont froid.

Je parle balles aux hommes,

dollar, pétrole et haine.

Je parle crocs de loup

dans la laine des moutons,

langue de vipère, langue pendue.

Je parle de l’été

à l’oreille des sources.

Je parle d’iles perdues

sur la peau de la mer.

Je parle même en oiseau.

 

Quand je parle aux étoiles

qui brillent dans tes yeux

je ne sais plus quelle langue

j’invente pour aimer.

Publié dans Poésie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article