Que le connu

Publié le par la freniere

Pour Gaétan Soucy


Le rock est mort et j'ai lu tous les livres.
Du balcon des villes saintes, à Memphis,
les nécrophages jettent des pierres aux touristes.

Depuis l'aube de la création, cinquante générations d'artistes n'ont pas encore su vivre nous dire
VOILÀ, chacun préférant le prestige à la grâce
(astre messianique après les pyramides?).
Jadis un homme est venu, que dis-je, personne ne voulut le reconnaître comme étant un homme
nous l'avions chassé comme un étranger:
"Celui-là ment, il faut l'abattre".

Isolement progressif
(les mécanismes de l'effroi devenus incontrôlables)
overdose des derniers pylônes.

Après l'espoir et le spectacle: que le connu, encore, le même.

Mathieu Croisetière

Publié dans Poésie du monde

Commenter cet article