Retour à la matinée de l'an quarante (Belgique)

Publié le par la freniere

 

Le cri de douleur de la scie
mordant un clou
depuis longtemps oublié
dans une méchante planche
dont on fera bientôt du feu
brise la dispute
d’un couple de pies
qui s’éloigne en claquant du bec

 

Jamais le temps n’aura été si clair

 

Ni tellement hypocrite
l’orage au loin
dont on ne sait si c’est l’orage ou le canon

 

La multiplication
des hosties dans le sureau
le ruissellement du vin
dans le touffu des rosiers
le bourdonnement grégorien
d’un avion solitaire
inspirent au paysage
un silence d’église

 

De guerre lasse la guerre
pose ses valises
sur le seuil du jardin
marque le pas
se tait
s’endort

 

Coccinelle
coccinelle
fera-t-il beau dimanche ?

 

Serge Wellens


Publié dans Poésie du monde

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article