Retour sur Lac-Mégantic

Publié le par la freniere

Merci à toutes et à tous qui avez lu le poème que j'ai écrit sur la tragédie de Lac-Mégantic. Petit détail: j'ai envoyé mon texte à tous les journaux du Québec, mais aucun ne l'a publié. Dans le monde où nous vivons, qu'une presse écrite dominée par le patronat impose les règles du jeu, on n'aime pas la Vérité. D'où l'importance des médias sociaux et de votre complicité.

Quand j'ai vu les photos de cette belle jeunesse qui a été la victime de l'incompétence et de la cupidité de nos gouvernements, j'ai pleuré sur notre insouciance et sur cette révolte rentrée qui nous empêche d'agir. Après la catastrophe, il aurait fallu bloquer toutes les voies ferrées, occuper les gares, manifester. Au lieu de ça, on s'est contenté de la compassion - comme toujours. Quand est-ce qu'on va se révolter?

Je signale que le patronat québécois est resté bien silencieux devant cette tragédie. Pas un mot de nos chambres de commerce, de nos entrepreneurs, etc.: que je sache, aucun de ces grands et petits bourgeois n'ont aidé financièrement les sinistrés. C'est une honte.Tout comme celle de nos ministres et de nos députés: ils auraient dû collectivement donner aux gens de Lac-Mégantic... mais non, rien pantoute!

Les gouvernements ont dit faire preuve de générosité (comme ça a été rapporté dans les médias bourgeois) en "donnant" 60 millions de dollars aux sinistrés. À les entendre, on aurait pu croire que nos premiers ministres sortaient l'argent de leurs propres poches. Mais c'est celui de tous les contribuables, donc en partie celui des gens de Lac-Mégantic qui paient impôts et taxes comme tout un chacun.
Imaginez donc! Les victimes vont payer leur part pour un désastre dont le mal origine de nos gouvernements incompétents. En toute équité, on aurait dû exonérer les gens de Lac-Mégantic de tout impôt et de toute taxe pour les deux prochaines années.

Si vous saviez la colère que j'ai!

 

Victor-Lévy Beaulieu

Publié dans Glanures

Commenter cet article

Lise 03/08/2013 17:29


Victor, la colère, je crois que nous l'avons tous, une boule qui ronge, qui grandit soudain lorsqu'arrive quelque chose semblable à la tragédie de Lac Megantic. La colère comme un truc dedans,
qui nous étoufferait si nous n'avions pas l'âme chevillée au corps par mille astuces, petits fils d'amour, talents de conteur, chants de poésie, fulgurances de couleurs. 


Je partage votre colère, je la fais mienne, il n'y a rien que nous puissions pardonner, ni la négligence, ni l'amorphie, ni le haussemnt d'épaule, nu les mensonges, ni le regard detourné, ni
surtout, oh surtout pas le silence qui s'en vient, qui bientôt sera là et recouvrira tout cela, en chape de plomb impossible à soulever.


Vous n'êtes pas seul.