Speak Winter

Publié le par la freniere

Ça y est! J’ai fini par donner raison à tous ces ingrats qui me lançaient, lorsque je chialais contre le Québec, de m’en aller si j’étais aussi malheureux. Mes cliques et mes claques : quatorze ans d’infrastructure mièvre, de ponts et patries défaillantes, de pianos désaccordés avec neuf bières dessus qui ne sont pas à moi, de mitigez vos passions, de guerres de clocher chez les athées, de jobs empruntées deux mois aux vieux, de culs de banlieusards et de fils à papa qui sentent le pipi jusqu’à quarante ans, d’échecs professionnels déguisés en succès, d’urticaire devant l’ignorance volontaire malgré tant de bibliothèques et de connexions haute-vitesse, d’immigrants all-dressed, d’indifférence intolérante, de surdose de hockey, d’accents laids, d’abus de la GRC et de l’impôt, d’éducation déficitaire mais arrogante, de grèves inutilement festives, de bon indoor qui gèle la volonté, d’art terroriste et messianique et de rêves partis dans un reflux de sloche…

Tant de banques et de neige, qu’est-ce qui reste au pays? Je l’ai déjà dit : il faut encourager les gens de bien, qui ont encore une créativité en règle, de quitter le pays, de donner leurs miracles à des peuples plus reconnaissants et moins suicidaires que celui-ci. Je renonce à finir épuisé, rongé par le cancer d’un pays mort-vivant, comme Pierre Falardeau, martyr. De plus, ceci n’est pas mon pays. C’est l’hiver [sic].

 

cliquez ici pour lire la suite

 

Frans Ben Callado

Publié dans Glanures

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
L
<br /> Un poète qui passait par la voie de non évitement un certain soir, qui clignotait à la gauche de mon super petit écran, et que j'ai tout de suite aimé. Un autre qui viendra garnir<br /> les remparts de ma mémoire vieillissante, ses deux recueils m'attendant patiemment chez mon libraire indépendant.<br />