Sur une vieille chanson

Publié le par la freniere

 

Comme les feuilles

le Temps aussi se décompose

comme au compost les herbes

comme en terre les corps –enfouis–

 

Mais dans la décomposition du Temps

il y a de l’éternité immanente

et de l’attente d’Eternité

dans les âmes –séparées–

 

Dans le grand compost de la Vie

tout pourrit qui va donner naissance

et nourrir d’autres existences et même

nourrir le Temps –qui se poursuit–

 

Homme-végétal Femme-fleur

graine ou grain

l’hiver sera sur vous sans atteintes :

décomposé le Temps vous protège

 

–la durée n’est jamais qu’un instant–

 

Roland Nadaus


Publié dans Poésie du monde

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article