Ti-lut, ti-lulut

Publié le par la freniere

À l'affût de l'ombre d'une menace 
de la rapace, de l'écureuil, du serpent
pas de sonnettes

ti-lût,ti-lulût 

 

TI-LÛT, TI LULÛT!                                               En mode alerte!

 

En fait, c'est plutôt

tchip ou tukuk!

et pas du tout

cheerily-cheer-up-cheerio
tut,tut,tut...

 

alerte alerle

criaille, répète 
la maman merlette 

perchée sur une branche 
de l'arbre mort de la ruelle 

donnant sur la rue Saint-Laurent 
pour que ses innocents d’oisillons nouveaux-nés sortis depuis dix jours 
de leur bleu de merle 
soient saisis d'un réflexe de la poitrine et faire se recroqueviller 

tout au fond du nid posé juste drette icitte 
dans le trou  O  d'une ancienne cheminée     de la vieille véranda massacrée...

 

C'est ô que oui beaucoup de vie,

 

de va-et-vient autour 

 

qui n'abandonne pas!

                                 Eil! Eil! Eil!  tchip tukuk

 

criaille la maman merle 

Mais comment veux-tu
mon merle mon merle
Comment veux-tu
mon merle chanter?

« Mais crier au meurtre,
c'est pas pour rien! 
Car l'Amérique marlo!

Ben oui, l'Amérique!
Mais laquelle, barjo
d'agaguk!

 

Jacques Desmarais

 

Publié dans Poésie du monde

Commenter cet article